Le Chien Rose

Un grand n'importe quoi dans la tradition des grands n'importe quoi du net
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Démolissons un film

Aller en bas 
AuteurMessage
Mr Meuh!
Master de la Ceremony
avatar

Nombre de messages : 1613
L'endroit où j'ai mes fesses posées :
Date d'inscription : 15/07/2004

MessageSujet: Démolissons un film   Mer 27 Oct - 18:31

On en parlait ailleurs sur une chaîne conccurente, comme ils disent à la télé, un film bouse, commis par un spécialiste de l'étron cinématographique (XXX, Fast and Furious... que du bonheur en Diesel clapclap ... et pour ceux qui se souvienne des pubs de la marque du même nom, c'est déjà tout un programme niveau vulgarité) ici il s'agit du film Dragon, biopic officielle du petit dragon avec le hawaïen Jason Scott Lee, dont le rapport avec le personnage se limite au seul nom, si piètre dans le rôle que les Bruce Le, Li et autre placebo post 73 sont et seront toujours plus crédible que ce surfeur, c'est dire le potentiel.
Officiellement inspiré du livre de Linda Lee sur son défunt, le scénario reprend avec de gros fils rouges quelques aspect de la vie du Petit Dragon pour en tracer un portrait qui s'aimerait mythologique et qui s'avère en réalité gonflé d'inexactitude, de contre vérité, de symbolique à deux balles et n'est au final qu'un bon chromo putassier pour attirer les ados de cette génération dans les salles, grande spécialité du réalisateur, on doit bien lui reconnaitre ça.

Premièrement, selon ce "film", Lee était depuis sa naissance sous le coup d'une vilaine malédiction dont son père essayait de le protéger. Une malédiction qui poursuit Jason Scott Lee au fil de son existence. La réalité de la dite "malédiction" est que Lee est né peu après un premier garçon, mort-né, et, selon les croyances chinoises, pour éviter que les démons prennent le second garçon, pour les tromper, on lui donne un prénom de fille (son second qui sera utilisé durant l'enfance), ici Phong (phenix). Lee avait donc un second prénom féminin, mais le réalisateur en a tiré une bobine de connerie pour expliquer certain "accident" de la vie du maître.

Un de ses accidents intervient dans le film, lors d'un combat, après un coup en traitre, Lee a le dos paralysé, il restera un an et demi allité, temps durant lequel il en profitera pour mettre au point la théorie du Jeet Kun Do. Ce coup lui est asséné par une grande brute qui pense ainsi venger son maître. Le tout se déroulant durant une exhibition. Lee s'est effectivement niqué le dos, mais seul, en oubliant de s'échauffer avant des exercise de développé couché, le reste est vrai, il restera allité un an et demi durant et jettera les bases de son art martial.

Lee est défié par un vieux chinois lors de l'exhibition de Long Beach et l'humilie à coup de tatane. La scène se déroule sur un ring. Tout le monde a vu aujourd'hui la fameuse exhibition de 1964, il n'y eu aucun combat, et si Lee engendra un énorme speticisme avant sa démonstration, celle ci lui ouvrit les portes des studios. Quand au "défit", il y en eu bien un, mais dans les années précédentes, les chinois refusant qu'il enseigne le kung fu (ou "gung fu" comme il disait) le combat fut très court, dans les règles du Wing Chung, toute fois trop long aux yeux de l'impatiente vedette, ce qui le poussa à créer un style plus direct.

Durant le tournage de Big Boss, Lee se frite avec un des figurants, un énorme façon boxe Thaï. Le seul avec qui Lee s'est frité sur ce tournage c'est Lo Leï, le réalisateur, et pas à poing nu évidemment. En revanche durant le tournage d'Opération Dragon, Lee passa effectivement pas mal de temps à relever les défits des figurants, la production ayant cherché des figurants parmi les triades de H.K, tout le monde voulait savoir si le Petit Dragon était à la hauteur de sa réputation. La production dut même intervenir pour que Lee arrête de faire joujou avec la tronche des candidats.

Au début du film Lee est un bon petit gars qui fini par se bagarrer avec des marins, avec moulte saut périlleux et pirouette, ce qui lui vaut des ennuis et l'oblige à quitter Hong Kong. Le vrai Lee n'était pas un brave gars, sa soeur Agnes et son frère le surnommaient le Gorille, il passait son temps à se battre, détestait l'idée de perdre et n'a jamais perdu du reste, souffrait du racisme des deux côtés (au collèges St François-Xavier, du racisme des blancs, et ailleurs des chinois, vu qu'il avait un quart de sang allemand). Bien entendu le Wing Chung ne comprend aucun saut périlleux et les méthodes de combats utilisé dans le film aurait outragé (ou fait rire) le petit dragon. Pourquoi est-il partit pour San Fransisco, la thèse d'ennuis de plus en plus important avec les autorités (police, triade, allez savoir) semble la plus crédible. Quoiqu'il en soit Lee est né à San Fransisco, il est donc né américain, il sera d'ailleurs appelé sous les drapeaux en 62 à cause de la Guerre du Vietnam.
De plus le film oculte évidement complètement le fait que le Petit Dragon a fait l'acteur pendant une partie de son enfance, qu'il adorait ça, qu'il était aussi comédien dans l'âme, du genre clown à amuser la galerie.

Inutile de dire que cette bouse cinématographique ne prend pas en compte que Lee avait par exemple une jambe plus courte que l'autre et qu'il était myope comme une taupe, ce qui influencera son style, puisque c'était son creddo : l'adaptation et que la façon de combattre devait refléter la personnalité du combattant. Que plus qu'un brave gars, c'était un homme impatient, pressé, arrogant, démonstratif jusqu'à en être chiant, mais particulièrement farceur, et que loins de s'être fabriqué seul, deux hommes conteront dans sa vie martial, Yip Man, son maître de Wing Chung et Danny Inosento, un de ses sparring préféré, maître de Kali, avec qui il mettera au point les aspect technique du Jeet Kun Do, ou JKD comme disait Lee, grand amoureux devant l'éternel des abréviations, initiales et autre acronymes.

Voilà petite démolition... si vous même vous avez envie de casser, faites le mais ce qui serait bien serait de le faire de la façon aussi constructive qu'on le fait d'un film quand en on fait une critique positive : argumenté, étayé, et pas juste "caca pas bo j'aime pas."

_________________
Si j'avais sut où tout cela nous ménerait, jamais je ne m'en serais mêlé.

Max Planck, à propos de ses propres études
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
redux
Franck Provost, le coiffeur des stars
avatar

Nombre de messages : 673
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Un beau fauteuil en osier
Date d'inscription : 25/07/2004

MessageSujet: Re: Démolissons un film   Mar 27 Déc - 21:15

Mr Meuh! a écrit:
Voilà petite démolition... si vous même vous avez envie de casser, faites le mais ce qui serait bien serait de le faire de la façon aussi constructive qu'on le fait d'un film quand en on fait une critique positive : argumenté, étayé, et pas juste "caca pas bo j'aime pas."

Entreprise louable et parfois bien "défoulatoir". Néanmoins, lorsqu'on a pour habitude de dire d'un film qu'on a aimé qu'il "déchire la culotte à quelqu'un de notre famille" sans aller plus avant dans l'analyse, il ne faut pas s'étonner qu'un film qu'on déteste se voit gratifier d'un simple "c'est de la merde!".

_________________
-" J'ai été le tout premier musicien absolument incompétent de l'histoire du rock".
Brian Eno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Meuh!
Master de la Ceremony
avatar

Nombre de messages : 1613
L'endroit où j'ai mes fesses posées :
Date d'inscription : 15/07/2004

MessageSujet: Re: Démolissons un film   Lun 2 Jan - 15:35

Au fait on vient de m'expliquer dans mon oreillette que j'ai fait une erreur bien humaine pour un fan. Lee est aussi Lee grâce à William Cheung, héritier officiel de Yip Man, avec qui pourtant il n'entretena pas une correspondance des plus gracieuse sans que Lee ne se l'explique, visiblement sa popularité n'était pas du goût de tous, remarque c'est William Cheung qu'on surnomme dans le milieu le "grand dragon" normal qu'il aurait aimé être aussi célèbre que l'autrre énervé. De plus Lee s'es fait démonter la tronche 2 fois en s'essayant à la boxe thaï (3 combats en tout) comme quoi personne n'est invincible, ce qui m'est toujours apparu comme évident, et d'une certaine façon c'est rassurant de le savoir.

_________________
Si j'avais sut où tout cela nous ménerait, jamais je ne m'en serais mêlé.

Max Planck, à propos de ses propres études
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Démolissons un film   

Revenir en haut Aller en bas
 
Démolissons un film
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» George Sand et Musset (film, romans, théâtre et lettres)
» Les acteurs du film
» Gears of War - Le Film
» Marathon Anne of Green Gables semaine 2 - 2ème téléfilm
» FESTIVAL FILM FANTASTIQUE + EXPO ALIEN à STRASBOURG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chien Rose :: les trucs qui bougent qui s'écoute qui se lise :: Le grand écran-
Sauter vers: