Le Chien Rose

Un grand n'importe quoi dans la tradition des grands n'importe quoi du net
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert

Aller en bas 
AuteurMessage
MisterWhite
micropénis
avatar

Nombre de messages : 305
L'endroit où j'ai mes fesses posées : A ta droite...non, ton autre droite...
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   Lun 9 Mai - 20:20

Ayant été a peu pres convaincu par Gladiator et légérement degouté face à La chute du faucon noir , c'est avec un peu d'aprehension que j'ai pénétré dans le cinema, en allant voir un film de Ridley Scott on s'attend généralement à du bon gros divertissement des famille avec sang, héroïsme et morale parfois un peu juste mais de qualité, la dessus, je dois tout de même avouer que ce kingdom of heaven est globalement reussi.

L'histoire est assez vague, limite inconsistante. Un vieux chevalier ( plutot bien interpreté par Liam Neeson recemment vu dans Docteur Kinsey) retourne en France pour y chercher un batard qu'il obtint en abusant d'une paysanne, il vient pour le convaincre de devenir son fils à part entiere et de prendre les armes vers Jerusalem à ses côtés.
Bon je vous laisse deviner qu'apres quelques péripeties, le fils en question ( interpreté sans grande conviction par Orlando Bloom) partira en terre sainte, afin non d'y occir de l'infidele à grand coups d'épée dans ta geule, mais etonnament proner la paix, les petits oiseaux etc...

Heureusement pour nous spectateurs, il existe au sein des croisés des gros vilains méchants qui eux veulent la guerre et son bien décidés à l'obtenir. Ce qui est d'ailleurs une bonne occasion pour nous montrer de sympathiques escarmouches et micro-combats qui malgrès le manque de participants sont d'une intensité et d'une qualités exemplaires. Le sang gicle, les boucliers se brisent, les infideles comme les croisés tombent abondament, en resumer les combats sont glop et justifies presque à eux seuls le prix du ticket.

Le film presente aussi toute une galerie de personnages secondaires bien sympathiques, citons notemment Jeremie Irons dans le rôle d'un croisé partisant de la paix, et Edward Norton dans le rôle du sage roi lépreux de Jerusalem, personnage bien dense et classieux (qui à mon avis est le plus interessant du film).

Bon alors en conclusion, les combats sont plutot impressionnant (siege de Jerusalem avec moulte cadavre et retournement de situation), certains acteurs valent le detour, et pour peu que le contexte des croisades vous interessent, vous ne regreterez pas votre billet.

Sinon pour les defaults, Orlando Bloom et Eva Green sonnent creux, la morale sur l'amour inter-ethnique un peu naive et quelques vides naratifs (relativement brefs tout de meme).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monnombril.skyblog.com/
Markus
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 402
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Sur la dépouille du dernier mec qui m'a posé cette question
Date d'inscription : 16/04/2005

MessageSujet: Re: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   Jeu 19 Mai - 22:01

Assez d'accord avec ce commentaire (surtout pour le talent de Norton surtout quand on le voit à visage découvert, il faut vraiment savoir que c'est lui!) avec mention spéciale pour les combats dont le siège de Jérusalem à la fin.
J'ai bien aimé Saladin comme personnage, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chat Rose
starlette qui couche pas
avatar

Nombre de messages : 80
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Sur mon coussin de soie
Date d'inscription : 14/03/2005

MessageSujet: Re: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   Ven 27 Mai - 3:18

J'ai lu une critique trés amusante et je me demande si j'essaie ou pas:

Chibilou a écrit:
N'allez pas voir Kingdom of Heaven.

C'est crétin au possible.

Un soir, Ridley Scott et Wolfgang Petersen s'en jetaient un petit derrière la cravate.
-"...et alors, poursuivit Wolfgang Petersen, pour mon flim de jupettes, y me fallait quelqu'un qui fasse la tapette qui se planque derrière son frère et pleure sa mère dès qu'il se casse un ongle. J'ai choisi Orlando Bloom.
-Bwahahahaha, se marra Ridley Scott, t'es dur quand même, Wolfgang". Il finit son pastis et eut sa deuxième idée lumineuse de la soirée (la première fut de refermer sa braguette après avoir pissé). L'oeil soudain brillant quoique légèrement rougeâtre, il beugla en se mettant tout nu debout sur la table: "Moi j'dis, le vrai défi, ce serait de faire ce type jouer un vrai rôle d'homme, pour une fois! Tchouwa ouar, ch'peux l'faire." Sur ce, il entama une danse du sexe tribale.
-"Arrête Ridley, t'es bourré." rétorqua aussitôt Wolfgang Petersen avant de s'effondrer ivre mort.


Sur ce, il entama une danse tribale: "Yékéké, yékéké!"


Wolfgang Petersen: "ARRETE RIDLEY, T'ES BOURRÉ!"

Le lendemain, en pleine gueule de bois, Ridley Scott appelle Orlando Bloom:
-"Lalalala allôôôô?
-Grmbflkz. Parle pas si fort, putain!
-C'est toi Ridley? Comment ça va ma pupuce?
-Je... euh... Tu veux jouer dans mon film?
-Hun-hun, bien sûr! J'ai entendu dire que tu faisais un film sur les croisades? Je peux faire le giton d'un croisé sans problème, chéri, c'est dans mes cordes. J'en ai plus d'une à mon arc, tu sais. (hihihi, corde, arc, Legolas, hihihi)


"Hihihi, corde, arc, Legolas, hihihi"

-Non, je... je voudrais... Gnnn putain, c'est quoi ce "Bzzzz"?
-Mon épilateur électrique.
-Arrête ça.
-Okay, de toute façon je comptais me finir le maillot à la cire. On est tout grognon, hein, ce matin. Tralalilala. *scratch*
-Bon, en fait, je veux que tu joues un forgeron viril, un homme proche de la terre, un combattant plein de muscles et de courage qui n'hésiterait pas à suer et se salir les mains pour...
-Rho, arrête grand fou, tu m'excites!"
En rajoutant deux ou trois Alca-Seltzer dans son verre d'eau - qui en contenait déjà quatre -, Ridley Scott se dit que c'était pas gagné.


Orlando Bloom: "De toute façon, je comptais me finir le maillot à la cire."


Ridley Scott: "Eh beh... C'est pas gagné."

Et donc voilà. Orlando Bloom en forgeron. Orlando Bloom, l'homme imberbe aux deux expressions (moue/sourcils froncés), celui que ses collègues les plus indulgents surnomment "Miss Monde" ou "La Minette".

Pour le contenu du film maintenant: on voit un Liam "Mais qu'est-ce que je fous là, moi?" Neeson au bord de la crise de rire nerveux quand il annonce à Orlando Bloom: (attention, préparez-vous...) "Balian... Je suis ton père." (VÉRIDIQUE! Il faut le voir pour le croire). Il essaye de le dire de la manière la plus sobre possible, mais ne s'en sort visiblement pas.
David Thewlis est toujours aussi classe, il relève un peu le standing du film, tout comme Jeremy Irons, impeccablement charismatique. Autre bon point: le roi de Jérusalem au visage masqué, personnage intriguant qui va mourir assez rapidement (de honte?).

Du point de vue du scénario, c'est la fête de la bière : Scott enchaîne les énormités comme des perles et sans sourciller: le film commence, Liam Neeson, baron croisé, vient voir Orlando Bloom dans son trou paumé pour lui annoncer qu'il est son bâtard et lui proposer de le suivre pour prendre sa succession (voilà qui est absolument crédible; un noble qui vient se faire chier à retrouver un fils qu'il n'a pas reconnu à la naissance, surtout au Moyen-Age, c'est monnaie courante voyons). Le dialogue tient à ça: "Salut, elle était bonne ta mère, au fait je suis ton père, tu veux bien me suivre à l'autre bout du monde?" Je n'invente pratiquement rien. Et Orlando Bloom de faire la moue et de froncer les sourcils (pour cette fois, on le comprend, le pauvre), puis de refuser. Liam Neeson le quitte en lui disant: "Boarf, okay, c'est pas grave, si tu veux me retrouver tu tues un prêtre, tu fous le feu à ta baraque tu prends un cheval et tu vas tout droit."
Le soir venu, Orlando Bloom tue un prêtre (qui faisait rien qu'à l'embêter), fout le feu à sa baraque, prend un cheval et va tout droit.

Et là, sur qui il tombe? LIAM NEESON! Ben ça, pour une surprise!


Ben ça pour une surprise!

Puis y'a une bataille avec des soldats qui veulent arrêter Orlando Bloom qui a tué un prêtre, Liam Neeson est blessé, peu de temps après il meurt, voilà c'est bon Liam, tu peux aller tourner dans d'autres bouses.

Orlando devenu baron s'embarque pour Jérusalem. Il survit à un naufrage (comment? Mystère et boule de poils. En plus c'est le seul survivant) et trouve un cheval vivant qui est coincé dans un filet (???) (rho ben ça tombe bien alors). Là il va dans le désert, il tombe sur deux cavaliers, il se fighte (ah oui, j'ai oublié de vous dire que Orlando "La Minette" Bloom, forgeron de son état, fighte à l'épée comme un dieu, après que son père Liam Neeson lui ait enseigné UNE garde (je ne mens pas)) et il gagne contre un des cavaliers. Bon, voilà, ça c'est fait. L'autre cavalier, qui est en kiff total, mène Orlando à Jérusalem (eh ouais! C'était tout près, en fait! C'EST TOUT DE MÊME BIEN PRATIQUE CES NAUFRAGES!)
Là, ils se séparent. Des types louches repèrent Orlando, le suivent, Orlando tire son épée, on se dit qu'il va y avoir baston, et en fait s'ensuit un dialogue surréaliste:
Un type louche: Salut, on dirait l'épée de Liam Neeson que tu portes là.
Orlando Bloom: Ah ouais?
Le même type louche: Je l'ai connu à Damas. Un grand type avec des yeux verts.
Orlando Bloom, dans ce qui va constituer sans doute sa réplique la plus intelligente de tout le film: Bleus.
Le type louche: Bienvenue, ô maître, suivez-nous.


...



WHAT THE F****CK???


Orlando Bloom: "Bleus."

Je vous passe le reste du film, c'est aussi débile que ce qui précède, juste j'aimerais revenir sur un "turning point" du scénario. Le roi de Jérusalem, qui a Orlando à la bonne, lui propose de commander ses armées, d'épouser sa magnifique soeur (qu'Orlando a tronchée) tout en évinçant son ennemi dangereux qui a juré la mort d'Orlando.

Et devinez ce qu'il fait? IL REFUSE! Pour une raison qui ne sera pas expliquée, juste qu'il a pas envie de vendre son âme ou une connerie du genre.

Résultat, l'ennemi devient roi, il déclenche une guerre contre les musulmans, des milliers de personnes meurent.

Alors, là, bravo. On pouvait pas plus absurde comme retournement de situation.

Vient ensuite la morale du film, en vrac: le fanatisme religieux c'est pas bien/les musulmans sont des êtres humains après tout/mais en fait leurs prières et les nôtres sont les mêmes/BON SANG! SI ÇA SE TROUVE ON A LE MÊME DIEU!/Musulmans du monde donnons nous la main et arrêtons d'envoyer des avions sur les Américains/on peut toujours trouver un compromis/vive la terre, vive la vie, vive le vent d'hiver.

Pour finir, un petit panorama moue/sourcils froncés d'Orlando Bloom:


Orlando Bloom, un acteur qu'il est suppairre!


-"Tu t'es encore foutu dedans, Ridley.
-Ouais, je sais. Mais t'as vu mes scènes de bataille en ralenti/accéléré? C'est ouf non?
-Non.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MisterWhite
micropénis
avatar

Nombre de messages : 305
L'endroit où j'ai mes fesses posées : A ta droite...non, ton autre droite...
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   Ven 27 Mai - 9:11

Exellente green ...
Bon ben pour le scenario et le jeu de Orlando Bloom j'avais prevenu...
Oui bon oki y'a vraiment des perles au niveau des dialogues, meuh bon j'ai prevenu que ce n'était pas un chef d'oeuvre mais un divertissement relativement efficace...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monnombril.skyblog.com/
Markus
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 402
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Sur la dépouille du dernier mec qui m'a posé cette question
Date d'inscription : 16/04/2005

MessageSujet: Re: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   Ven 27 Mai - 20:37

Warf arf arf arf arf arf arf arf arf !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha wouaha
Sérieuseument, il faut que je montre cette critique à ma soeur: je suis sûr qu'elle savait pas que Orlando s'épile à la cire !!!
J-15 avant Wow!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
redux
Franck Provost, le coiffeur des stars
avatar

Nombre de messages : 673
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Un beau fauteuil en osier
Date d'inscription : 25/07/2004

MessageSujet: Re: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   Dim 18 Déc - 15:16

Le gros problème de Kingdom of heaven est de traiter d'un sujet intéressant (les croisades) de manière trop conventionnelle.

Il est pénible de constater, par exemple, que Liam Neeson est une fois de plus là pour jouer les mentor du héros. D'autant que là, cela va tellement vite que cela en devient ridicule. Il a à peine le temps de montrer à son fils(Orlando Bloom) comment mieux tenir son épée qu'il doit penser à mourrir pour laisser sa place à plus jeune que lui. Heureusement, son fils, fort doué, deviendra un combattant émérite sur la seule foi de ce maigre conseil.
Tiens, de foi, il en est d'ailleurs grandement question ici. Le personnage d'Orlando se demandant sans cesse si il faut croire en dieu. Pourtant, vu la veine de cocu qu'il a tout au long du film, ce ne sont pas les preuves qui manquent.
Lorsque son bateau à destination de Jerusalem coule, il est l'unique survivant. Premier coup de bol. Ensuite, il se rend compte qu'un cheval a également survécu. Ce qui, lorsqu'on est paumé en plein désert, s'avère fort utile. Enfin, troisième coup de bol, il est amené à laisser la vie sauf à un gars du coin qui, plus tard, lui rendra l'appareil. Car, oh miracle, l'homme en question est l'un des bras droit de Saladin.

Si en plus de cela, on ajoute qu'il séduit la mignonne Eva Green s'en lever le petit doigt (ni quoique se soit d'autre, d'ailleurs), on se dit, que non, décidément, il se fout bien de notre gueule avec sa crise de foi.

_________________
-" J'ai été le tout premier musicien absolument incompétent de l'histoire du rock".
Brian Eno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 402
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Sur la dépouille du dernier mec qui m'a posé cette question
Date d'inscription : 16/04/2005

MessageSujet: Re: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   Mer 31 Déc - 4:34

Bon ben après quelques temps (années en fait) j'ai revu kingdom of heaven.
Constatation : oui en dehors des scènes de fight, le film est assez chiant . Les incohérences pleuvent (Guy de Lusignan fait bien de le remarquer : "En France, ça n'aurait pas été autorisé à reigner" en parlant du bâtard, l'entrainement express, j'en passe et des meilleures). Orlando Bloom est inexpressif et anti charismatique au possible, il réussit même l'exploit d'être moins exprssif qu'Edward Norton dont on ne voit que le yeux. (Au passage je me demande encore comment ce cher white avait fit pour le reconnaître, parce que à part la voix je vois pas, et si je me souviens bien nous l'avions vu en vf). Mais bon les scènes de baston sont bien rendues et les seconds rôles (Norton, Irons et Neeson) sauvent en partie le film..)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kingdom of heaven, ou à dada sur mon bidet dans le desert
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kingdom of Heaven : Director's Cut
» Kingdom of Heaven
» Kingdom of heaven
» Kingdom of heaven
» Balian of Ibelin,Kingdom of Heaven.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chien Rose :: les trucs qui bougent qui s'écoute qui se lise :: Le grand écran-
Sauter vers: