Le Chien Rose

Un grand n'importe quoi dans la tradition des grands n'importe quoi du net
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hélium délirium

Aller en bas 
AuteurMessage
Lamule
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 259
Age : 42
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Quelque part à l'Ouest de Chartres
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Hélium délirium   Sam 24 Juil - 18:57

Laissez-moi partager avec vous mon dada actuel. Je "travaille" sur les basses températures, donc j'utilise l'hélium, un atome vraiment étonnant quand on a passé quelques soirées en tête-à-tête avec lui.
Prenons un exemple connu de tous: l'eau (H2O).
Prenez un bloc de glace sorti de votre congélateur (- 20°C). Chauffez-le, à 0°C, du liquide apparait. Pendant tout le temps durant lequel le glaçon fondra, la température restera la même. Continuez de chauffer quand vous avez que du liquide, à 100°C, des petites bulles de vapeur d'eau apparaissent. Là encore, jusqu'à ce qu'il n'y ai plus une seule goutte d'eau, la température restera à 100°C. Vous venez de faire passer les trois états de la matière: solide liquide et gaz à votre H2O.
Ce qui marche pour l'eau, qui est une molécule, marche également pour tous les éléments de la table périodique. A des températures différentes bien sûr, mais si vous chauffez ou refroidissez suffisamment, n'importe quel métal (Fer, aluminium, cuivre) ou gaz (azote hydrogène néon, fréon, methane...etc) peut être transformé en liquide, en solide ou en gaz.
Tous? Non, un seul déroge à cette règle. Vous l'aurez deviné, cet uluberlu de la nature, c'est l'hélium. Et même un seul des deux isotopes connus de l'hélium: l'hélium4 (2protons, deux neutrons).
Avant d'aller plus loin, rappelons que l'unité de température universelle est le Kelvin. Le zéro absolu, c'est zéro Kelvin, pas -273.15°C.
Le Kelvin, contrairement au degré farenheit encore utilisé par ces cochons d'anglo-saxons, possède la même graduation que celle du degré Celsius (1°C est la centième partie de la différence de température entre la fusion de la glace et l'évaporation de l'eau, 1K c'est pareil). La conversion est simple: T(K)=T(°C)+273.15. Rien de bien méchant, nous pouvons donc continuer.
Revenons-en à notre trublion. Et bien notre ami He4 (hélium 4) ne se solidifie pas à pression atmosphérique. Kézako? Sous une atmosphère, vous pouvez refroidir votre hélium autant que vous le voudrez, il restera indubitablement liquide. Même à 0 Kelvin (température théorique, théoriquement injoignable) il le restera! Ah ça vous la coupe hein?
Oui je sais, ça n'a rien d'extraordinaire vu comme ça, mais c'est pourtant tout bonnement énorme.
Pire encore, c'est que l'hélium liquide connait une véritable révolution lorsqu'il atteint la température fatidique de 2.17 K. Il se scinde en deux composantes: l'une reste normale, l'autre devien "superfluide"! Cette nouvelle abomination n'a plus aucune viscosité (placé dans un vase en terre cuite, l'hélium s'échappe du pot dés qu'il devient superfluide) et conduit la chaleur 1 million de fois mieux! Dingue. Mais vrai, je l'ai vu de mes yeux vu.
Rester liquide jusqu'au zéro absolu, c'est l'aubaine qui a ouvert les vannes du rêve d'y parvenir. Car on peut faire baisser la température d'un liquide en jouant sur la pression qu'on met sur sa gueule. Ainsi, une casserole d'eau au sommet du mont blanc entrera en ébullition à 70 °C et des brouettes. Parceque au sommet de l'Europe, la pression de l'atmosphère est beaucoup plus faible que dans nos vertes prairies. L'hélium liquide, même superfluide, obéit aussi à cette loi. En pompant dessus, pour faire baisser la pression exercée sur le liquide, on arrive à descentre à 0.8K. Théoriquement on pourrait descendre plus bas. Mais les pompes nécessaires seraient tellement délirantes, qu'elles ne sont pas encore dans les cartons à dessins des constructeurs. Comment descendre encore plus bas alors. C'est rageant d'être bloqué par la réalité technique. Mère nature nous a donné un second miracle. Le petit frère de l'Hélium 4 , l'Hélium 3 (2 protons, un neutron). Enfin quand je dis mère nature je pousse un peu.
L'hélium, en général, est l'élément le plus lèger après le poids mouche des poids mouche: l'hydrogène. Ils font partie de ces gazs trop lèger pour rester dans l'atmosphère terrestre. L'attraction gravitationnelle de notre vaisseau inter-sidéral est trop faible pour les empêcher de s'évader dans l'espâââce infini. L'hélium, pas plus que l'hydrogène ne se trouve dans l'atmosphère. L'hydrogène, pour en avoir c'est facile: on hydrolyse l'eau. Et l'eau on en a plein, et elle reste sagement à la surface, elle se moutonne dans le ciel, nous tombe sur la face, fait des éclairs et innonde nos caves mais ne s'en va pas vers la sphère céleste. La Terre c'est chez elle, la Terre c'est chez l'eau. L'hélium? Peau de balle, le soleil en fabrique des tonnes, et c'est le second élément le plus présent dans l'univers après l'hydrogène. Pour en fabriquer on peut se brosser. Donc on trouve l'hélium 4, et seulement lui dans les poches de gaz des forages pétroliers. encore faut-il que le forage soit équipé pour recueuillir et stocker ce précieux gaz volatile. Il y a de la perte cela va sans dire. L'hélium 3, pour l'obtenir, et bien on doit un peu aider mère nature. L'hélium 3 est un déchet des réactions nucléaires lentes qui se passent dans les... têtes des missiles nucléaires. Et oui, si un jour la guerre nucléaire doit avoir lieu, il faut que des bidasses purgent en permanence les petites têtes bombes de l'hélium 3 qui les pollue et qui les empêcherait de pèter sur nos têtes à nous. L'hélium 3 c'est cher. Peu de pays en produisent (tu m'étonnes), et ceux qui s'en font marchands ne commercialisent qu'une partie de leur stocks, pour éviter que des comptables malicieux remontent aux stocks de bombes à partir des chiffres de vente. Fou ça hein? Dernièrement, ce sont les russes qui ont cassé les prix. Nos labos fonctionnent donc avec de l'He3 russe.
Donc on a aidé mère nature à accoucher d'un petit frangin à l'hélium 4 pour voir si par hasard les deux mis ensemble ne nous feraient pas une bamboula du tonnerre. Bingo! Les deux se mixent parfaitement (ils sont très semblables), et c'est dans leur démixion que réside le secret des réfrigérateurs à dilution qui permettent d'aller à 0.010K dans le meilleur des cas, toujours plus prêt toujours plus fort. Pourtant le zéro absolu n'a jamais semblé aussi loin. On a eu beau faire des réfrigérateurs gigantesque, nos deux compères He4 et He3 ne pouvaient pas plus nous approcher du Graal. Encore une fois, c'est la technique employée qui recquiert des moyens exponentiels pour gagner un once de millième de Kelvin. Des fous, on trouvé des sels, qui démagnétisés de façon adéquate alors qu'ils étaient refroidis à 0.01K, permettait de descendre à 0.0001K. Deux zéros de plus! Gamelle!
Bien sûr, des papiers récents parus dans La recherche font état de températures approchant de les quelques nano-Kelvin (0.000000001K), mais cela ne concerne que quelques rares atomes pris dans un piège optique ou magnétique. Le miracle de la cryogénie avec l'hélium est de parvenir à refroidir des échantillons macroscopiques (qu'on voit à l'oeil nu, qu'on peut tenir dans la main) à 0.0001K. A ces températures minuscules, tout se fige, tout s'éteint, des comportements nouveaux apparaissent.
On nous ressasse l'infiniment grand, et l'infiniment petit. Je voulais vous parler de l'infiniment froid. Un froid infiniment proche du zéro absolu qui lui est à une distance finie (-273.15°C), étonnament proche de nous alors que les réactions nucléaires peuvent provoquer des températures avoisinnant les millions de degrés. Et pourtant plus on s'en rapproche, plus il s'éloigne, gagner un zéro après le zéro devient une conquête incroyable. Une conquête discrète.
Actuellement, un problème se pose: c'est la définition d'une échelle de température pour les températures les plus basses. C'est une aventure passionante, comme celle qui a donné lieu à l'établissement du mètre étalon. De ces recherches a priori inutiles sortent parfois des découvertes collatérales inattendues. Qui se souvient que le mètre étalon fut initialement définit comme étant la millionième partie d'un quart de méridien. Qui se souvient que ces hommes mandattés (Méchain et Delambre) pour mesurer précisemment la longueur du méridien entre Dunckerke et Perpignant allaient mesurer l'imperfection de la rotondité de la Terre. A cette époque on croyait qu'elle était un sphéroïde parfait. Ils ont montré le contraire.
La métrologie c'est presque de la philosophie.
En vous remerciant bonsoir. yop!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Meuh!
Master de la Ceremony
avatar

Nombre de messages : 1612
L'endroit où j'ai mes fesses posées :
Date d'inscription : 15/07/2004

MessageSujet: Re: Hélium délirium   Sam 24 Juil - 19:19

Bin je vais te faire un aveu Lamule, si tous les profs de science expliquait aussi bien que toi j'aurais peut-être eu plus d'intérêt pour ce domaine? bravo. karoli

_________________
Si j'avais sut où tout cela nous ménerait, jamais je ne m'en serais mêlé.

Max Planck, à propos de ses propres études
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lamule
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 259
Age : 42
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Quelque part à l'Ouest de Chartres
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: Hélium délirium   Sam 24 Juil - 19:21

Mr Meuh! a écrit:
Bin je vais te faire un aveu Lamule, si tous les profs de science expliquait aussi bien que toi j'aurais peut-être eu plus d'intérêt pour ce domaine? bravo. karoli
Merci, si tu veux savoir le plus drôle, c'est que je veux faire prof. soulman
Va falloir bosser encore un peu. nerf !
J'ai ni le CAPES ni l'agreg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Meuh!
Master de la Ceremony
avatar

Nombre de messages : 1612
L'endroit où j'ai mes fesses posées :
Date d'inscription : 15/07/2004

MessageSujet: Re: Hélium délirium   Sam 24 Juil - 19:35

Alors bosse mon gars parce que y'a des kids qu'on besoin de prof comme toi et pas comme la vieille conne en blouse blanche qui essayait de m'instruire la physique à coup d'heure de colle. Et oui question science j'ai toujours eu le cervolant, sauf en 4ème ou notre prof ( un bonhomme hilarant du reste, mais c'était pas de sa faute, genre professeur Tournesol)nous faisait faire des concours d'équation au 4ème degré, et on s'éclatait.

_________________
Si j'avais sut où tout cela nous ménerait, jamais je ne m'en serais mêlé.

Max Planck, à propos de ses propres études
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamReVolt
Bernard Henry Levy


Nombre de messages : 282
L'endroit où j'ai mes fesses posées : damonkul
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: Hélium délirium   Mar 27 Juil - 6:34

Perpignan et Dunkerque. pimpon

Lamule, tu ne bosserais pas pour Science et Vie Junior par hasard ?

Car j'y reconnais se style simple, non dénué d'humour et de pédagogie avec un sens de la vulgarisation comme on aimerait en voir plus souvent dans nos écoles et à la télé.
En effet cela va faire bientôt 11 ans que je suis abonné à cet excellent magazine et je ne m'en lasse jamais. Là où d'autre magazines comme Science et Avenir, ou Science et Vie, bien que plus poussés et plus complets, me gonfle rapidement par leur style ultra-académique et sérieutissime à souhait. J'ai beau être un amoureux de la science, la vraie, je ne suis pas maso non plus (quoique green )

Il fut d'ailleurs un temps où je carraissais le désire d'une carrière scientifique, dont la poursuite d'études (MIAS) comprenait immanquablement un détour par le Japon (et oui).
Bon entre temps, la vie en aura décidé autrement et j'ai dû faire une croix là-dessus (soupir), même si je ne désespère pas faire un jour un métier en rapport avec le monde scientifique qui me fascine depuis toujours.

Donc, et puisque tu es dans la place, je ne peux que te souhaitais bon courage, sachant que la vie d'apprenti scientifique et de scientifique tout court, est passablement ardu en ce pays cultivant à merveille l'ingratitude et la condéscendance envers la recherche et en particulier la recherche fondamentale, cette fameuse recherche "qui ne sert jamais à rien" et surtout "qui ne nourrit pas son actionnaire" et que nos chers visionnaires "-15 dioptris" voudrait voir tout bonnement disparaître (resoupir).
Courage donc !

PS: je compte sur toi pour que tu fasses ta desmonstration professorale avec force bouteille d'hélium muni d'un embout flexible afin d'expliquer entre autres choses l'incidence de ce gaz sur la tessiture de la voix. :smoke:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausse couche
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 171
L'endroit où j'ai mes fesses posées : sur une chaise
Date d'inscription : 23/07/2004

MessageSujet: Re: Hélium délirium   Lun 6 Sep - 2:10

Oui,mais l'hélium ca ne nourrit pas son homme!
QUELLE ENFLURE!!!















monstre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lamule
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 259
Age : 42
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Quelque part à l'Ouest de Chartres
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: Hélium délirium   Lun 3 Jan - 11:16

SamReVolt a écrit:
Perpignan et Dunkerque. pimpon

Lamule, tu ne bosserais pas pour Science et Vie Junior par hasard ?

Et bien non. Pourtant, ormis les cuisses de la femme que j'aime, je caresserais volontiers la carrière de journaliste à caractère scientifique. Peut-être pas "Science et vie". Leur numéro annuel sur l'armée Française a quelque chose qui me dérange. A les écouter, le Rafale, nos missiles, nos chars sont les meilleurs du monde... et de loin. Peu importe que ce genre d'armement, créé dans l'optique d'une guerre "à l'ancienne" (deux armées bien distinctes), soit complètement à côté des pompes de la réalité, et qu'importe qu'aucun conflit majeur n'est venu étayer ce genre d'affirmation complètement gratuite et invérifiée. En outre, quid des dessous de table du dossier "Rafale"?
On se gausse beaucoup des ingénieurs responsables de la piste d'envol du Charles De Gaulle trop courte. Bien peu parlent du fait que initialement cette piste n'était sensée accueillir que des Rafales "marine" du père Dassault. Hélas, non seulement la livraison du Rafale à l'aviation nationale a pri dix ans de retard, mais encore, leur nombre a été divisé par au moins deux pour un devis multiplié par au moins deux. Un scandale qui, puisque que non ébruité n'existerai donc que virtuellement, a des conséquences qui sont, elles, bien réelles: des super-étandard antédiluviens s'envolent encore du pont du porte-avion atomique en 2004....
Donc, moyen S&V. Mais bon, je le lis parfois.... surtout le "junior" en fait yeah !
La vulgarisation scientifique est difficile si on veut restituer la réalité des choses de façon simple sans la travestir. Sans justement trop la simplifier. A mon sens, La Recherche bien que nécessitant un petit background Scientifique est un modèle en la matière... et pas chiant ni trop pompeux.
Ce genre de carrière me botte en effet. On verra plus tard qui sait?

SamReVolt a écrit:

Donc, et puisque tu es dans la place, je ne peux que te souhaitais bon courage, sachant que la vie d'apprenti scientifique et de scientifique tout court, est passablement ardu en ce pays cultivant à merveille l'ingratitude et la condéscendance envers la recherche et en particulier la recherche fondamentale, cette fameuse recherche "qui ne sert jamais à rien" et surtout "qui ne nourrit pas son actionnaire" et que nos chers visionnaires "-15 dioptris" voudrait voir tout bonnement disparaître (resoupir).
Courage donc !

N'écoutant que mon courage, qui ne me disais rien, je ne continuerais pas dans la recherche. Je suis venu, j'ai vu, et j'ai finalement envie de faire autre chose. Non pas que je n'ai pas passé du bon temps, mais je ne me trouve tout simplement pas à ma place dans ce milieu.
Ce que tu dénonces est malheureusement le Cancer, et de notre monde, et donc, également, de la Recherche.
Importer le concept d'objectif obligatoire dans la recherche est aussi pertinent que de demander à un spéléologue de savoir à l'avance si au bout d'un boyau inexploré il y a une caverne magnifique. C'est d'une stupidité sans nom, et pourtant c'est ce qui se profile en ce moment.
Car le budget recherche stagne, alors que les champs de recherche se multiplient (par définition, ou bien alors, la recherche ferait machine arrière). J'ai bossé dans un "vieux sujet" pas à la mode. Pas d'applications industrielles, ni à moyen ou long terme. Rien.
Pourtant, il est idiot de cloisonner les types de recherches. La recherche fondamentale est souvent vue, non sans raison, comme l'assouvissement de lubies sur des sujets tordus. Pourtant, les moyens employés peuvent irradier vers les autres domaines. Je dis "peuvent", mais en fait, c'est quasimment TOUJOURS le cas. Mais va expliquer ça à un board d'actionnaires aussi incultes qu'avides et inhumains!
Le capitalisme "à papa", avait pourtant cohabité avec la recherche fondamentale. Que de prix Nobel (à ne pas encenser au-delà du raisonnable quand même, c'est très subjectif ça les prix Nobel) sont sortis des laboratoires Bell ou IBM, et ce sur des sujets parfois TRES "fondamentaux" (Le pire, lorsque des personnes brocardent cette recherche, c'est qu'ils brocardent justement quelque chose de fondamental wouaha ).
Autre temps autres moeurs, on amalgamise ce vieux capitalisme, rampart contre la barbarie (Alleluïa) avec cette "chose" actuelle et monstrueuse qu'il est devenu grâce à et malgré lui. arf

SamReVolt a écrit:

PS: je compte sur toi pour que tu fasses ta desmonstration professorale avec force bouteille d'hélium muni d'un embout flexible afin d'expliquer entre autres choses l'incidence de ce gaz sur la tessiture de la voix. :smoke:

Déjà fait à la "fête de la science". Succès énorme auprès des gamins. green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lamule
star qui fait des caprices
avatar

Nombre de messages : 259
Age : 42
L'endroit où j'ai mes fesses posées : Quelque part à l'Ouest de Chartres
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: Hélium délirium   Jeu 12 Jan - 20:01

Un an et une semaine et demi après le dernier post de ce thread, je me suis dit que j'allais me répondre après tout smoke
Je ne rajouterais rien sur la condition de la recherche, que j'ai quittée depuis. Aux dernières nouvelles, il se profile des restructurations. Ces "réformes" seront bien évidemment pleinement orientées vers les sujet "à la mode". Dans l'établissement que j'ai quitté, ils essaient de se grouper et de recevoir le graal de la décennie: le label nanotechnologie. Dans le nano tout est bon. On ne sait pas trop où ça va, ni si les militaires y verront là des débouchés inouïs et pas forcément humanistes, mais on y va. J'ai un pote qui était rentré dans le secteur R&D de chez ST-microelectronic. Le principe de cette "R&D" semblait être de vulgariser un savoir-faire afin qu'il devienne rapidement clef-en-main, et donc rapidement délocalisable vers des pays à plus basses raison sociale. Charmant. Du coup, les cadres étaient encouragés (pécunièrement) à créer leur propre entreprise, et bien évidemment, à partir. Pour les emplois, vous connaissez le reste, ST ferme ses postes. Après avoir utilisé l'argent de Rhône-Alpes (donné dans le cadre de création d'emploi il y a quelques années) pour payer le plan social qui s'opérait à Rennes, maintenant, il semblerait que le board d'actionnaire veuille laisser de côté la production pour se concentrer sur quelque chose de moins créatif certes, mais largement plus lucratif: la finance.... comme beaucoup de grand groupes finalement. La recherche, dans l'esprit actuel, se doit, non pas d'explorer tous les sujets comme on pourrait l'idéaliser, mais délaisser la fondamentale pour l'appliquée. La recherche fondamentale, c'est phylosophiquement grand et beau, mais c'est économiquement nul. Donc Raus, laissons place au progrès. pfff! Exit les envolées lyriques!
Je voulais surtout aborder la problèmatique de l'enseignement.
Pendant les émeutes, devait tomber le nombre de postes d'enseignants ouverts aux concours de l'enseignement public cette année. Les discussions (rappelez-vous) enflammées n'avaient de cesse de parler de l'école, dernier bastion de la république en zone franche, le Dien-Bien-Phû de la république, Huguette 2 doit tenir jusqu'à la noël. Pourtant il ne fut aucun ministre ni maroquin pour dire que l'état allait mettre "le paquet" (dixit Borloo, décidement très bon et très volontaire.... virtuellement) sur l'école, et donc allait ouvrir plus de poste. Et pour cause! Une fois le soufflé retombé, ces chiffres dont on se demandait (je dis 'on', parceque je re-prépares les concours vu que je me suis vautré l'an passé ivre ) s'ils allaient sortir un jour sont apparus. Le silence de l'état, je l'avais bien interprèté: rien que dans ma section, on passe d'environ 800 postes à 650. Et cette section n'est pas isolée, la tendance est générale: de l'ordre de 20% de moins, alors que l'on est dans une période riche en départs à la retraite... mad!
Et d'entendre notre président, plus ridicule que jamais, lors de ces voeux TV, nous en repasser une couche sur la nécessité et l'importance de l'éducation. Je ne devrais pas être étonné, ni être outré, je devrais être habitué. Une fois de plus, on pourrait même dire que dorénavant c'est la règle, le discours des politiques concernant leurs actions va à l'encontre des effets (et des buts disons le tout net) de ces actions (ou inactions). C'était flagrant (sauf pour les "militants limitants") en ce qui concerne la baisse et la réforme des impôts. Le gouvernement disait que ça allait favoriser les classes moyennes, les chiffres issus du nouveau mode de calcul disaient le contraire. Et les journalistes TV, ceux qui sont le plus regardés et écoutés, de ne rien en dire, sinon poser la question et laisser déblatérer leurs invités. Ces derniers peuvent bien raconter n'importe quelle bourre, ils ne seront pas contredis. Verra-t-on un jour PPDA couper Sarkozy "Ah non monsieur le ministre, ces chiffres que vous avancez sont faux, et vous le savez bien. Vous pouvez vous exprimer, mais pas jusqu'à exposer des choses erronnées quand même". En ce qui concerne l'éducation, c'est le même topo, tout aussi flagrant, et pourtant on observe la même apathie journalistique. C'est une priorité, et pourtant, la priorité va se voir couper les ailes. Vous aviez des difficultés avec 25 élèves? Et bien tout va s'arranger, vous en aurez plus. Du grand n'importe quoi!
De la nécessité de réformer l'institution, je ne ferais pas le procès. C'est nécessaire. Ne serait-ce que pour redéfinir les missions, et le contenu des IUFM, sclérosés par des caciques incompétents. Qui sait, par exemple, qu'un prof ne supportant pas les élèves, mal notés par ses inspecteur, et réellement incapable d'enseigner se voit souvent promu" yop! dans les IUFM. Ainsi, alors que les stagiaires devraient trouver la crême de la crême pour s'en inspirer, ils se retrouvent (souvent, pas tout le temps, il y a de vrais bon profs dans ces institutions, mais ils doivent être découragés parfois... l'ai déjà vu) devant le pire du pire. Ce ne serait pas grave, si la proportion de ces tâcherons dans l'école des profs ne devenait si prépondérante, toute sections confondues. Et ça théorise sur des situations qu'ils ne connaissent pas. C'est nul et révoltant. Il y a bien sûr d'autres choses à retoquer. L'ennui, c'est que la vision actuelle des réformes est toujours de couper les crédits en espérant que l'administration évoluera d'elle-même vers un fonctionnement meilleur. Hérésie et stupidité. En chimie, une réaction fait passer d'un état haut en énergie (coût élevé) vers un état bas en énergie (coût plus faible). Toutefois, pour amorcer et effectuer la réaction, il faut dépenser plus d'argent le temps que la réorganisation se fasse. En gros, pendant le temps de la transformation, ça coûte plus cher. Et c'est logique s'il on y réflèchit. Couper les vivres comme ça, c'est couper les pattes des personnels de base. Les pontes eux, se trouvant parfais, ne se remettront pas en question. l'organisation non plus ne changera pas, sinon pour les loufiats de base. Une mauvaise situation n'en sera que plus mauvaise, mais elle coûtera moins cher (jusqu'à une éventuelle privatisation?). Pour réformer efficacement, il faut definir un point d'arrivée, et ne pas hésiter à financer l'ancienne version et la nouvelle naissante de concert Jusqu'à ce que cette dernière soit pleinement opérationnelle.
M'enfin, c'est ce que moi j'dis hein. bleuh !

Epilogue:
Etat des lieux, pour la rentrée 2007:
Dans une publication récente, la Direction de l'Evaluation et de la Prospective du ministère estime que les besoins en recrutements nouveaux s'élèveront à 17 330 en moyenne à compter de la rentrée 2006 et jusqu'en 2013. Au vu des recrutements nouveaux réalisés en 2005, au moins 5 000 personnes manqueront à l'appel sur le terrain à la rentrée 2006. Le déficit était du même ordre à la session 2004.

Il devrait être sensiblement supérieur à la rentrée 2007 compte tenu des objectifs de recrutement affichés par le gouvernement à la session 2006. Le projet de budget 2006 affiche la suppression de 1 350 supports de professeurs stagiaires (et 50 CPE) et prévoit de limiter les recrutements nouveaux à 11 200. Cela signifie que le nombre de postes aux concours externes se situera aux alentours de 12 000 au plus, soit une baisse de 2000 par rapport à la session 2005. Le déficit par rapport aux départs sera donc de 6 000 environ à la rentrée 2007.


nerf ! Ces chiffres sont issus d'un site d'un syndicat. Ils on été repris par le Canard... slayer killbill arf karoli nerf !
http://www.edm.snes.edu/p1/pages_generales/edito.htm

Voilà, c'était mon coup de gueule tout azimut du jour yeah !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hélium délirium   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hélium délirium
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hélium, ballon, briquet.... pas bon!
» Virginie délirium
» [vends] tissot seastar 1000 dernier modele garanti ------- 490 euro ---
» Poisson volant
» Lauren Oliver - Delirium et autres romans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chien Rose :: le dernier salon où on cause :: l'ashram-
Sauter vers: